Camp des Milles – Un lieu de mémoire

by

SONY DSC

Aujourd’hui je vais vous parler d’un sujet beaucoup plus sérieux que ceux dont j’ai l’habitude d’évoquer avec vous ici. Ce week-end j’ai eu la chance de visiter le Site-Mémorial du Camp des Milles. Ce site-mémorial a été inauguré le 12 septembre 2012 par Jean Marc Ayrault, premier ministre de l’époque, après de nombreuses années de combat. Cette ancienne fabrique de tuiles a bien failli devenir une annexe du Musée Granet puis un Musée du Tracteur Agricole… Mais ça c’était sans compter l’acharnement des associations. Il s’agit aujourd’hui d’un lieu témoin, éducatif et culturel destiné à renforcer la vigilance et la responsabilité de chacun face au racisme, à l’antisémitisme et à tous les fanatismes. Mais avant tout ce lieu fait un travail de mémoire sur l’histoire de la Shoah et des crimes de masse commis pendant la Seconde Guerre mondiale.

SONY DSC

Dans le petit village des Milles, dans le sud de la France, qui aurait pu imaginer qu’un camp de déportation puisse investir cette ancienne Tuilerie. C’est pourtant ce qu’il s’est passé entre 1939 et 1942. Et plus de 70 ans plus tard ce site, accessible au public, est le seul grand camp français d’internement et de déportation encore intact.

J’ai eu le plaisir d’assister à la visite guidée du médiateur Mr Dinesh Teeluck, responsable au service communication. Un excellent orateur qui retient votre attention pendant les 3 heures de visite. Cette visite se déroule en 3 parties bien distinctes dont je vais vous donner un aperçu.

SAVOIR

– La visite commence avec le visionnage d’un film explicatif sur l’histoire du Camp des Milles, des témoignages d’anciens déportés et un mot du président de la fondation Alain Chouraqui.

– Nous passons ensuite au volet historique avec différentes pièces où sont présentées les différentes dates et périodes clés du Camp. On nous explique plus précisément l’histoire de Vichy, des camps d’internement et de la Shoah…

Un passage très instructif où l’on apprend que durant la première période du camp seuls les artistes, caricaturistes, intellectuels, écrivains, anti-nazis etc… étaient internés dans des conditions très précaires au sein de cette Tuilerie désaffectée. C’est d’ailleurs pendant cette période que ces hommes résisteront en créant plus de 400 oeuvres d’art. Puis pendant la seconde période, le Camp des Milles devient un camp d’internement et de transit où les indésirables, les étrangers et les opposants présumés sont réunis dans une salle très sombre où ils n’ont que 40cm de largeur pour dormir… La troisième période, elle, correspond à la déportation de plus de 2000 Juifs (hommes, femmes et enfants) vers Auschwitz via Drancy ou Rivesaltes.

Oeuvres d’art des internés

Maquette du Camp des Milles

DECOUVRIR

– La visite se poursuit et la découverte du Camp se fait petit à petit avec les lieux où dormaient les internés ou bien encore avec les dessins et les peintures laissés sur les murs par ces derniers. Assez étrange comme sensation de se retrouver là où toutes ces êtres humains ont souffert… A l’époque il faut savoir qu’il y avait jusqu’à 15cm de poussières au sol ce qui rendait les conditions de vies encore plus difficiles.

COMPRENDRE

– Voici la dernière partie de la visite qui permet de réfléchir sur le comportement humain. Cette réflexion permet également de mieux comprendre les fonctionnements humains qui peuvent aboutir à des génocides (comme celui des Rwandais ou des Arméniens) et comment pouvons-nous mieux les prévenir ou y résister.

– Visionnage d’un film sur 3 écrans décrivant les grandes étapes vers les génocides et les résistances possibles.

Les différents crimes contre l’humanité

Résister

Chiffres clés:
– 10000 personnes internées de 38 nationalités différentes.
– Plus de 2000 déportés juifs vers Auschwitz
– 1939-1942 durée du Camp des Milles
– 23 enfants sauvés par Auguste Boyer et sa femme Marie-Jeanne à l’époque
– 25 européens, scientifiques, sociologues, historiens etc… ont participé à l’élaboration de ce site-mémorial
– 450 élèves par jour viennent visiter le site
– 1,5 millions d’euros par an nécessaire pour faire perdurer ce lieu de mémoire

D’ailleurs si vous voulez permettre la pérennité de ce site-mémorial vous pouvez faire un don ou bien simplement venir visiter le camp. Il n’y a pas de petite aide.

Une découverte émouvante et enrichissante qui vous ouvre à la réflexion. Un lieu de mémoire et de souvenirs très important qui s’adresse aux petits comme aux grands. Le plus important est de ne jamais oublier et de faire en sorte, à notre niveau, que cela ne se reproduise jamais.

Ne rien faire c’est laisser faire

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *